Yesterday’s Landscape Is No More (2020)

Le 22 février 2020 j’ai installé un capteur de lumière sur mon balcon et j’ai commencé une collecte de données dans le but d’échantillonner la courbe de lumière sur une année complète. L’idée est de collecter un fichier texte par jour contenant les informations de luminosité et de transcrire ces données sous la forme de fichiers audio. Le lever et le coucher du soleil se passe assez rapidement pour rendre une courbe sur 24 heures qui a tous les profils d’une onde carrée, un type d’onde fréquemment utilisé en synthèse sonore. En sonifiant cette courbe sur une année, la modulation de largeur d’impulsion (PWM) souvent utilisée pour manipuler les ondes carrées serait intrinsèquement contenue dans les données et s’opérerait en principe d’un équinoxe à l’autre.

En installant un capteur de lumière sur mon balcon en février 2020 je ne me doutais pas que j’aurais tout ce temps à lui consacrer. Trois pièces de synthèse avec un support visuel pour illustrer la sonification où l’idée de temps est contenue dans le son.

Les trois pièces se veulent le début d’un travail de création sur une année complète où l’idée de temps est à la fois contenue dans le son, la forme et le processus de création. Des vidéos accompagnent chaque pièce et constituent une sorte de documentation visuelle des stratégies de sonification. Pour Zeitgeber,  la mise au son est centrée sur la journée. Pour Golden Hours, les mélodies suivent la courbe de lumière de sept jours superposés avec une emphase sur les heures dorées. Pour Temps artificiel, la sonification s’échelonne sur un mois complet.